Contre la censure du film documentaire « Hymen National » de Jamel Mokni

(Texte issu du site lapetition.be)

Jamel Mokni est un auteur – réalisateur -producteur belge d’origine tunisienne.

Dans son dernier film documentaire « Hymen National » il aborde un sujet délicat : l’hymenorraphie ou reconstruction chirurgicale de l’hymen, pratique de plus en plus courante dans son pays d’origine, la Tunisie.
Dans ce pays considéré comme un modèle de développement et de modernité pour l’ensemble des pays arabo-musulmans , l’exigence de la virginité de la fiancée au moment de ses noces reste malheureusement toujours d’actualité. La perte de la virginité marginalise ou exclut. Les jeunes femmes confrontées à ce problème n’ont pas le choix : pour échapper à la honte et espérer pouvoir construire un avenir parmi les leurs, elles doivent faire recours à la chirurgie.
L’hymenorraphie ou hymenoplastie, pratique tacite et douloureuse mais de plus en plus répandue en Tunisie, est une opération chirurgicale qui consiste à recoudre l’hymen des fiancées dépucelées pour garantir un saignement lors de la nuit de noce.
Autour d’un cas particulier et de témoignages de jeunes filles en détresse, c’est un véritable débat national auquel participent les différents personnages du film.
Intellectuels, acteurs religieux, étudiants libérés ou simples citoyens d’un pays en grande mutation, tous s’interrogent sur les raisons qui peuvent pousser à une telle pratique.
Bien sur, l’hymenorraphie a sauvé des femmes mais elle participe par ailleurs à l’hypocrisie générale, à la domination de la femme par l’homme et à la régression des mentalités.

Pourquoi une jeune fille n’aurait-elle pas les mêmes droits que les hommes de connaître une sexualité épanouie ?

En quoi sa famille, ses voisins, la religion, la société tunisienne toute entière sont-ils concernés par son intimité ?

Le sujet de la virginité est un point de départ vite dépassé car il pose surtout et avant tout des questions primordiales liées aux droits des femmes en particulier et aux droits de l’Homme en général.

C’est le premier documentaire réalisé sur la question. Son authenticité par la parole libre des témoins peut choquer et heurter les représentants d’un certain ordre établi.

Est-ce pour cela qu’il a été refusé au Festival du Film de Carthage ?

Quoi qu’il en soit, c’est à nouveau une censure nuisible au progrès humain et à la liberté des femmes en particulier.

Nous nous insurgeons contre cette censure.

Signez la pétition.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s