Les internautes, une main d’oeuvre gratweete

Question :  quel est le point commun entre les sites suivants, parmi les plus visités en France ou dans le monde ?

Facebook, Youtube, Myspace (du moins ce qu’il en reste), Ebay, Skyblog, WordPress, Lepost ou Twitter.

Réponse

Le point commun entre ces pages est que ce sont les internautes qui sont à la fois producteurs et consommateurs de leurs contenus. C’est ce que l’on appelle des sites internet « contributifs », qui se sont développés avec le web 2.0.

Les propriétaires de ces sites ne proposent qu’un hébergement de contenus, une simple vitrine, un support. Ils offrent peu ou jamais leurs propres productions.

Prenons l’exemple de Youtube :

L’entreprise fournit de l’espace à ses contributeurs pour héberger leurs contenus. En revanche, elle ne propose pas ou peu de vidéos « maison ». (Ce n’est pas pour rien si le slogan de Youtube est « Broadcast yourself »).

Pour les propriétaires de ces sites contributifs, les avantages sont énormes.

Sur quelle logique ce système repose-t-il ?

1 – Les outils de production

Les internautes-contributeurs possèdent leurs propres machines: ordinateurs, caméras, logiciels de montage, connexions internet, etc.

Frais pour l’entreprise : aucun

Frais pour l’internaute : plusieurs centaines d’euros au minimum pour un équipement de base

2- Création des contenus.

Les internautes mettent en ligne leurs posts, vidéos, articles  ou musiques. En quelques sortes, ils font don de leur matière grise à ces sites.

Frais pour l’entreprise : aucun (sauf peut-être pour la modération des contenus, mais cette opération n’a rien à voir avec une quelconque créativité)

Frais pour l’internaute : des heures de labeurs, mais aussi de plaisir. Car il faut le reconnaitre, alimenter ces sites relève aussi du loisir.

3 – Pas de salaires

Les internautes-contributeurs sont bénévoles. Hormis quelques exemples très rares, ils ne sont jamais rémunérés directement par les sites en question.

Ces entreprises financent un noyau dur de salariés (webmasters, commerciaux, etc.). Mais la masse de leur travail est minime face à celle produite par les internautes.

Cet type de modèle économique permet donc aux entreprises d’accroitre encore davantage leurs bénéfices, parce qu’elles n’ont pas à produire la majeure partie des contenus.

De plus, les internautes participent à ces sites de manière volontaire. Cela repose sur une base de volontariat et d’affection. (Mais aussi de LOL et de vidéos avec des chats).

Conclusion : pour gagner sa vie, il est plus rentable de travailler dans une usine en Chine, que d’être un blogueur lambda pour Youtube. et compagnie.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s