Les symboles maçonniques de l’Université Libre de Bruxelles, visite guidée en photos

L’ULB a été créée sous l’impulsion de personnalités liées à la Franc-maçonnerie. Aujourd’hui, le campus Solbosch en garde encore des traces visibles.

Dans les universités catholiques, on ne compte plus les crucifix et autres symboles de l’Eglise, qui marquent la main-mise historique de la religion sur ces établissements. Même si l’ULB s’enorgueillit de n’appartenir à aucune école de pensées autre que le Libre-Examen, la Franc-maçonnerie, pourtant, y marque son territoire. Ses symboles restent cependant moins connus du grand public. En voici les principales traces.

Le monument  offert par la Loge des Amis Philanthropes

Sur les abords du boulevard Franklin Roosevelt, on trouve cette statue réalisée par Georges Dobbels. On remarque l’inscription  « la Loge des Amis Philanthropes », nom de la loge à laquelle appartenait Pierre-Théodore Verhaegen, un des fondateurs de l’université. Offerte en 1984, elle venait célébrer le 150ème anniversaire de l’établissement. Sculptés à la base de ce monument, un compas et une équerre, symboles forts de la Franc-maçonnerie.

Le monument Verhaegen

A quelques mètres de là, toujours avenue Franklin Roosevelt, faisant face aux Halles aux marbres, on retrouve la figure de Verhaegen. Réalisée par Guillaume Geefs en 1865, cette statue se situait dans les anciens locaux de l’ULB, devant le Palais Granvelle. Elle a été installée à son emplacement actuel après la Première Guerre Mondiale. Apparemment, aucun symbole maçonnique n’est apparent. Cependant, tous les 20 novembre, ce monument est le lieu de rencontre des représentants de la communauté universitaire et  de membres du Grand Orient de Belgique.

Le monument Francisco Ferrer

Devant le monument Verhaegen, on remarque un homme arborant un flambeau à bout de bras. Cette flamme est le symbole de la laïcité, de la Liberté ou même de la vie. Libertaire et franc-maçon espagnol, Francisco Ferrer avait fondé l’École moderne, basée sur un enseignement laïc. Réalisée par Auguste Puttemans, cette statue se trouvait place Sainte-Catherine, mais avait du être déplacée lors de la construction du métro.

Le monument du Groupe G

Visiblement, il s’agit du monument comportant le plus de symboles dans l’enceinte du campus. Au beau milieu du square des bâtiments U,  il rend hommage à un groupe d’étudiants et d’anciens étudiants de l’ULB, qui ont fait acte de résistance pendant l’Occupation.

Ce projet, imaginé par le Bureau des étudiants administrateurs, a vu le jour en 1996. Il reprend également des symboles de manière claire.
La Pyramide, d’abord . Elle comporte 3 faces : une brute, une dégrossie et une polie. Ces faces représentent la démarche initiatique, la recherche de connaissance et le perfectionnement de soi. A l’image d’une personne qui apprend à se connaitre et qui se façonne tout au long de sa vie.

Cette pyramide est agrémentée de la lettre « G », gravée sur une des faces. La symbolique de cette lettre est multiple, incarnant tantôt la Connaissance, la Gnose ou même le Grand Architecte de l’Univers. Au sol, on retrouve le symbole de l’équerre, tracé au sol.
Enfin, le monument joue aussi sur la dualité des matériaux, entre la pierre et l’acier inoxydable. Il s’agit d’esquisser un trait d’union entre le passé et l’avenir.

Et la bibliothèque des sciences humaines ?

Le triangle est un symbole fort de la franc-maçonnerie. Mais aussi de l’ULB, car on le retrouve notamment sur la lettre « L » du logo de l’université. Et la bibliothèque des sciences humaines, construite en 1994, reprend cette forme géométrique. Mais doit on parler pour autant de symbole maçonnique?

Selon Giuseppe Balzano, bibliothécaire au Centre d’Étude des Religions et qui se penche sur la franc-maçonnerie dans sa thèse, il ne faut pas non plus voir des symboles partout. « Si on avait fait un carré ou un rectangle, on aurait pu dire la même chose. Ce symbole est sans doute dans la sur-représentation. Dans les différentes loges, on retrouve d’énormes différences quant aux références aux symboles. Ça devient de la spéculation. » affirme-t-il.

Prudence donc, quant à établir un lien systématique entre certains symboles et la Franc-maçonnerie.

Pour en savoir plus :

La Franc-maçonnerie en Belgique

Grande Loge de Belgique

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s